Welcome

Bienvenue sur le site "Ensemble pour nos Enfants".| Visitez aussi : . L'Ange Bleu . Natural Child Project. . Internet-Mineurs

Dernière mise à jour le : 2 Octobre 2003. Actuellement,

Editos

Nouveau.
24 Octobre 2002
17 Septembre 2002
3 Juin 2002
7 Mai 2002
22 Avril 2002

Lecture

J'aurais voulu être

Informatifs

L'état ne veux pas voir
Manifestation 23/03/02
Pédophilie Imaginaire
Syndrome de West
Pédophiles enfin fichés?
Conséquences des fessées

Explicatifs

Pédophilie sur internet
Chatiment Corporel (màj)
Pédophiles: Violeurs
Pédophiles : B.L.
Tourisme Sexuel
Folie anti-pédophile n°1
La circoncision

Forums

Enfance maltraîtée
Parents / Châtiment
Hacking anti-pédos
Le forum du site
Enfance et école
Général
Divers

Liens

Quellesconnes
La Chaînette
Internet-Mineurs
L'Ange Bleu
Alice Miller
Web Mineurs
Child Focus
S.T.O.P.
Natural Child Project
C.I.D.E.
Fondation des Enfants
Votre site ici ?

Contacts

kero (Webmaster)
VDamien (Webdesigner)
Johnhant (Modérateur)
Fradune (Correcteur)

.:: La folie anti-pédophile : Les institutions scolaires ::.

 

 

 

[...] Est-ce vraiment dans l'intêret de l'enfant, de faire peur au personnel des institutions scolaires au point qu'il n'ose plus approcher des élèves, même pour apporter les gestes de premiers soins pouvant sauver une vie ?[...]

La folie anti-pédophile
1) Les institutions scolaires.

Rappel: Par folie anti-pédophile, nous entendons la paranoïa tournant autour de la pédophilie, amenant une sorte de paranoïa sur des sujets considérés à tort comme des "abus sexuels".

Les institutions scolaires sont très touchées par ce problème, ce qui n'est pas étonnant, car évidemment de nombreux enfants y circulent, y évoluent, y vivent. Les instituteurs (rarement les institutrices, bizarrement) sont probablement les plus touchés, de façon de plus en plus grave. Pourquoi ? Je ne comprends, pour ma part, d'où viens une telle paranoïa. Je vais donc plutôt moi-même poser les questions.

Pourquoi, de nos jours, un instituteur qui prends un enfant sur les genoux, pour le consoler d'une douloureuse chute par exemple, est-il taxé de pédophile ? Venons-en au fait: le contact physique peut sans problème être châste (des millions de parents en apportent tous les jours la preuve en faisant des câlins à leurs enfants sans être des parents incestueux), mais de toute façon même lorsqu'il ne proviens pas des parents de l'enfant (nous y reviendrons dans un article spécialement dédié au sujet). Dès lors, il ne peut être qualifié d'abus sexuel ou de pédophile, puisque la composante sexuelle (évidemment indispensable pour que l'on puisse parler d'abus sexuel ou de pédophilie, par définition) n'est pas présente.. Mauvais pour l'enfant ? C'est aux détracteurs de ce geste intrinsèquement positif et même indispensable à l'être humain au point que son absence puisse réellement - sans exagération ni métaphore - être mortelle, de montrer en quoi. Je n'ai pour ma part rien trouvé de sérieux allant en ce sens.

Pourquoi les gens sont-ils si procéduriers et paranoïaques, que j'ai reçu un témoignage (d'une personne de confiance, une source sûre), expliquant qu'un directeur d'école affirme que s'il devait être avertis qu'il venait d'arriver quelque chose dans le dortoire des filles, il n'irait pas, et appellerais les pompiers à la place ? Est-ce vraiment dans l'intêret de l'enfant, de faire peur au personnel des institutions scolaires au point qu'il n'ose plus approcher des élèves, même pour apporter les gestes de premiers soins pouvant sauver une vie ?

Et si tous ces actes sont mauvais, sont des viols etc., pourquoi le sont-ils généralement seulement lorsque prodigués par les hommes ? Il est en effet étrange de constater que les femmes, institutrices, surveillantes ou autres, ne sont quasiment jamais inquiétées, quels que soient leurs actes et leurs intentions, tandis qu'un homme dans les même condition sera soupçonné d'abuser d'enfants. Il s'agit là soit de sexisme déguisé, soit d'idées étranges que je ne m'explique pas. Certains diront "oui mais les femmes abusent beaucoup moins souvent des enfants que les hommes" : d'une part ca n'est pas forcémment vrai, d'autrepart je ne vois pas le rapport : dès lors que l'on considère le contact physique en lui-même comme un abus, il deviens un abus de la part de la femme autant que de la part de l'homme. S'il ne l'est pas de la femme, il ne l'est pas de l'homme et les "statistiques" sur le nombre d'abus n'entrent donc logiquement plus en compte.

Ceux qui disent celà répondront que l'homme a plus de risque de se servir du contact physique à des fins sexuels: c'est peut-être vrai, mais c'est précisemment ce fait qu'il faut condamner, pas le contact physique en général. On ne peut pas accuser quelqu'un de ce "qu'il pourrait faire" dans la mesure où il pourrait très bien (c'est l'immense majorité des cas) "ne pas le faire". C'est encore pire que de ne pas respecter le principe de la présomption d'innocence, d'accuser pour un acte "qui pourrait un jour être commis par quelqu'un", sans autre raison valable ni soupçon fondé.

Certaines personnes affirment qu' "un enseignant est fait pour enseigner, rien d'autre, point". Ils ajoutant parfois "moi mon institeuteur quand j'étais petit(e) ne m'a jamais fait de calin et je m'en sors pas si mal" : Et pourtant, lorsque je lis ces propos et souvent l'agressivité avec lesquels ils sont écris, je me permet d'émettre l'hypothèse que l'auteur de ces affirmations a peut-être manqué de calin dans son enfance, car je ne ressens pas une grande chaleur humaine ni une grande affection et gentillesse dans ces propos : celà en aurait peut-être fait une personne plus douce, calme, et chaleureuse.

Je ne pense pas non-plus qu'un enseignant ne soit fait que pour enseigner et pas pour avoir un bon contact avec ses élèves, car un enseignement est probablement plus agréable, motivant, donc facile à assimiler avec plus de chaleur humaine.
Je pense que l'école doit être un lieu de bonheur et de bien-être, autant qu'un lieu d'apprentissage, et que les premiers facilitent nettement le second. Qui - parmi les très nombreuses personnes à ne pas avoir aimé les cours - n'a jamais rêvé de venir à l'école pour le plaisir, y compris hors des récréations ?

A raison de six heures par jour à l'école, tant que tout le monde ne mettra pas du sien pour le bien-être des enfants, on pourra toujours faire de beaux discours sur le respect et le bien de l'enfant. Ca ne restera que des mots non-seulement pas mis en application, mais contredis dans les actes par ceux qui prononcent de tels discours. Mais tout le monde, c'est aussi les parents. Et faire de l'école un lieu de bien-être pour les enfants, c'est aussi leur apporter, dans l'établissement, chaleur et affection, et c'est aussi ne pas stresser, intimider, et terroriser le personnel enseignant et encadrant en les accusant de pédophilie au moindre geste de travers, ou plutôt seulement interprétés de travers.

En quelques mots, la conclusion face à la "folie anti-pédophile" est toujours la même : Vouloir protéger les enfants, c'est bien. Mais en allant trop loin, on ne les protège plus, on leur nuit.

La NewsLetter



S'abonner
Se désabonner

Sondage

Recherche


Entrez le mot que vous souhaitez rechercher :

Respecter les majuscules/minuscules


 

Recommander le site


Conseillez EPNE à un ami
Votre prénom :

E-mail de votre ami :

Haut

Accueil | Edito | Infos | Explics | Forums | Liens | Contacts

Le design du site est "©VDamien 2001-2002".

Toutes les parties de ce site écrites, dessinées, inventées par les Webmasters et les membres du site sont libres de droits. Il n'est pas impossible que certains éléments appartenants à des tiers soient déposés par leurs auteurs et de reproduction interdite. Conformément à la loi du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous possédez un droit d'accés et de rectification des données personelles vous concernant. Numéro d'enregistrement à la Comission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) : 801369.